CONCOURS NATIONAL DE MATHEMATIQUES PANGEA 2019

Il y a 250 millions d’années, la masse terrestre de la Terre a été combinée en un seul super continent appelé la Pangée (Pangea), qui a formé plus tard les 5 continents connus.

Les organisateurs du Concours National de Mathématiques  ont voulu réunir des jeunes de différents établissements scolaires privés et publics  au moyen d’un langage universel : les mathématiques. C’est la raison pour laquelle ce concours porte le nom de Pangea.

Pangea est un concours européen, gratuit et sans engagement. Son but est de faire aimer les mathématiques aux enfants. Cette discipline joue un rôle principal dans l’éducation scolaire. Il ne faut pas oublier aussi que les mathématiques sont au coeur de notre quotidien….

En France, le premier concours a eu lieu en 2012 avec une participation de 500 élèves issus de CM1/CM2/6ème/5ème/4ème/3ème.

En 2018, il y avait 22 000 élèves participants !

Comment cela s’est déroulé en 2019 :

1) Les écoles qui souhaitaient participer ont inscrit par internet les classes volontaires avant le 6 février 2019

2) Les épreuves de qualifications ont eu lieu dans toutes les écoles françaises inscrites du 11 au 17 mars 2019, semaine nationale des mathématiques.

3) Les résultats ont été transmis aux écoles et à chaque élève à partir du 17 avril 2019

4) Il y a 4 finales régionales : l’une à  Paris (le 18 mai), l’une à Strasbourg (le 1er juin), l’une à Toulouse (le 25 mai) et celle qui nous concerne a eu lieu à Lyon   (Région Auvergne-Rhône Alpes) le 4 mai.

Les résultats pour la Région Auvergne Rhône-Alpes (constituée de 12 départements) :

3 771 CM1 participants / 40 enfants retenus pour la finale. May CHIVAL en faisait partie.

Elle a terminé 8ème lors de la finale samedi dernier : bravo à elle !

5 380 CM2 participants / 40 enfants retenus pour la finale. Aubin GRENARD en faisait partie.

Il a terminé 1er lors de la finale samedi dernier : félicitations à lui !

A l’école Notre-Dame de l’Hermitage, nous sommes, comme le sont leurs parents et eux-mêmes bien sûrs, très fiers d’eux.  

Aubin et May sont repartis avec un tee shirt souvenir du concours, un sac avec divers cadeau + pour Aubin, un chèque cadeau, une médaille et un trophée pour l’école.

Des nouvelles des bonbons !

Lors du dernier atelier caté, nous avions proposé aux élèves de cycle 2 (GS/CP, CP/CE1, CE1/CE2) de faire une collecte de bonbons pendant le temps de carême. Il s’agissait de se priver d’un ou plusieurs bonbons dans le but de les partager.

Résultat : 40 kg de bonbons collectés. Grâce à Soeur Marie Thérèse, ces bonbons sont partis direction Madagascar, où ils seront distribués aux enfants des écoles de notre congrégation.

UN GRAND BRAVO A TOUS POUR CE BEL EXEMPLE DE PARTAGE !

Un week-end à Paris

C’est l’histoire d’un gars. Enseignant à Notre-Dame. Il croise un copain qui lui lance : « Je cherche quelqu’un pour courir le marathon de Paris l’année prochaine, j’ai deux dossards. »

Il n’en fallait pas plus. Ni une ni deux, il répondait par l’affirmative décidant de relever ce défi mythique de couvrir les 42, 195 km dans la plus belle ville du monde, pour la première fois de sa vie. Quelle folie !

Il restait alors 3 mois pour se préparer, à raison de 3 à 4 séances hebdomadaires. Vous l’avez peut-être croisé certains soirs, en tenue. « Le jeu en vaut la chandelle, bouge-toi ! » martelait-t-il sans arrêt, pour se motiver, pour continuer à sortir, pour suivre au plus près le plan d’entraînement qu’il s’était fixé. Plan d’entraînement trouvé sur le net, avec pour ambition de le mener au bout des 42, 195 km en 3h30.

Petit à petit, les entraînements défilant, il sentait bien que ça allait le faire. Son allure, 4 minutes et 50 secondes par kilomètre (12,7 km/h)  était de plus en plus facile à tenir, longtemps.

13 avril, premier jour de vacances de Pâques, départ pour Paris en TGV, direction le salon du running pour récupérer le dossard 24 434, précieux sésame, indispensable pour se présenter sur les Champs-Elysées le lendemain matin.

Un peu de tourisme, la butte Montmartre, des restaurants italiens pour engloutir des pâtes et combler les réserves glucidiques commencées une semaine plus tôt, et dodo devant le match de foot féminin OL-PSG.

5h30, il se lève, déjeune et se rallonge. Il décollera à 7h45, direction métro, ligne 9, Bonne-Nouvelle, sortie à l’arrêt Franklin Roosevelt. Les rames sont pleines de joggeurs. Une fois sur les Champs, il a froid, très froid. 1°C dehors. Mais il est en forme, il a plutôt bien dormi, et, il va le faire, pour de vrai ! Environ 50 000 personnes sur les Champs, au soleil, tous motivés, plus ou moins emmitouflés, attendant le signal de départ. Lui, se place dans son sas de départ, celui de 3h30, le « sas bleu », qui compte sans doute le plus de coureurs. Il est 8h20.

9h. Il passe enfin la ligne de départ. Il y est. Consigne : maintenir l’allure fixée : 4’50/km. Mais il est surexcité et ça descend. L’allure est trop rapide jusqu’à la Concorde. Là, il ralentit, ça tourne pas mal, il slalome entre les gens, reste vigilant, et maîtrise enfin sa vitesse, malgré le nombre impressionnant de coureurs à ses côtés.

Semi-marathon : 1h41 environ. Il est pile dans le bon tempo. Il a de bonnes sensations, pas de douleurs, il peut parler. Tout roule. Il double même le meneur d’allure du sas 3h30, présent pour aider à maintenir l’allure adéquate afin de réaliser 3h30 à l’arrivée.

Les quais de Seine, c’est long, mais c’est bon ! En ligne de mire, la Tour Eiffel au 30ème kilomètre, pas loin de ce que tout marathonien craint : le « mur ». Moment délicat signifiant au coureur que toutes ses réserves sont épuisées et que la dernière partie sera très compliquée, voire horrible. C’est pourquoi, il a anticipé, et contrairement à son habitude d’entraînement, il a bu, à tous les ravitaillements, disposés tous les 5 km. Pas de « mur », pour lui, « c’est tant mieux » se dit-il en dépassant de (très) nombreuses personnes dans le dur, dans le « mur ». Du kilomètre 32 jusqu’à la fin, il verra et dépassera un nombre incalculable de personnes arrêtées, assises, allongées ou errantes dans le bois de Boulogne à la recherche d’un peu de force pour repartir et terminer leur marathon, leur défi.

Virage du 40ème kilomètre, il est toujours dans le tempo, ses jambes sont dures et lui font mal depuis le 37ème, mais rien d’insurmontable. « La tête décide, les jambes suivent » disait un slogan. La fanfare du virage, les spectateurs et leurs encouragements, la fin approchant : il le sait, il va réussir. Il va même faire mieux que réussir.

400 mètres sur l’avenue Foch, bordée de centaines de spectateurs. Il réalise petit à petit, les larmes montent.

Ligne d’arrivée. 3 heures 24 minutes 08 secondes. Il est marathonien. Il kiffe.

Il récupère sa médaille, son T-shirt de finisher.

Il n’a qu’une idée en tête : engloutir un burger !