La fête de la science

Les CM1/CM2 sont allés vendredi 9 octobre à la fête de la science à Tournon présentée par les 4ème du collège Notre Dame et l’arche des métiers.

Voici les différents ateliers présentés.

Le recyclage             20151009_153744           

Des élèves nous ont présenté différents matériaux de la vie courante et nous ont demandé de  trouver combien de temps ils mettaient à disparaitre.
les cannettes : 100 ans
du papier : 6 à 12 mois
polystyrène : 1 000 ans
du verre : 5 000 ans
un chewing-gum : 5 ans
Cet atelier nous a permis de comprendre combien de temps les objets mettaient à se dégrader et de comprendre qu’il ne faut pas jeter les objets dans la nature car cela la pollue.

Camille G – Benjamin – Louis – Edmond – Manon

 

Les expériences scientifiques        20151009_153951

L’expérience du verre rempli.
La manipulation
  • Remplir à ras bord le verre avec de l’eau du robinet.
  • Découper un morceau de papier suffisamment grand pour qu’il dépasse des bords du verre.
  • Poser délicatement le morceau de papier sur le verre.
  • Avec la main, plaquer le carton sur le verre, retourner le verre.
  • Retirer la main qui tient le verre.
Que voit-on ?
Une fois qu’on a retiré la main, le papier tient toujours, il est comme collé au verre.
L’eau ne s’échappe pas : le carton adhère parfaitement au verre de manière à ce que l’ensemble soit étanche.
Explications
Lorsqu’on renverse le verre avec le papier, le papier est soumis à la pression de l’air autour du verre, qui est plus forte que la pression (la poussée) de l’eau contenue dans le verre. L’eau ne peut pas s’échapper du verre à cause de cette différence de pression.
 Deuxième expérience
On prend un récipient, on y colle une bougie en son centre, on le remplit d’eau et on allume la bougie. Il suffit ensuite de placer une bouteille vide à l’envers autour de la bougie en faisant en sorte qu’elle touche l’eau.
On s’aperçoit que très vite de l’eau monte dans la bouteille et ce jusqu’à ce que la bougie s’éteigne.
 Troisième expérience
  • Gonfler le ballon de baudruche avec de l’eau pour qu’il soit de la taille d’un œuf. Nouer l’embouchure.
  • Prendre un morceau de coton, en écarter les fibres entre elles puis faire tomber le morceau à l’intérieur de la bouteille.
  • Disposer une petite quantité de coton sur le goulot de la bouteille et l’enflammer avec une allumette.
  • Pousser les fibres brûlantes au fond de la bouteille (on peut s’aider d’une tige pour éviter de se brûler). Le coton tombé au fond de la bouteille doit maintenant s’enflammer.
  • Poser rapidement le ballon de baudruche le plus verticalement possible sur la bouteille.
Que voit-on ?
Le ballon de baudruche sautille d’abord sur le goulot puis est aspiré au fond de la bouteille sans que l’on ait à le toucher.
 Cela nous a beaucoup plu car on aurait dit de la magie.

Louna – Aaron – Melvil – Aurel – Valentine

 

Histoires extraordinaires  20151009_153843 

Nous avons écouté des élèves de 4ème nous raconter le conte de « La main fantôme ».
Puis, nous avons fait une expérience:
Nous avons enlevé l’air sous une cloche pour observer ce qu’il se passe quand l’air n’est pas là.
On voit que l’air s’évapore (des bulles apparaissent), que l’air resté dans le gant veut prendre la place du vide (le gant gonfle).
Cet atelier était très bien car les élèves jouaient l’histoire.

 

  Elise – Emma M-D  – Emma R – Noham – Grégoire

 

Les chaînes alimentaires

20151009_153712

Les élèves de 4ème nous ont montré des insectes dans des feuilles. Puis nous avons pu les regarder au microscope. Il y en avait de toutes les tailles !!
En fait, ces petites bêtes ne sont pas visibles en surface mais elles sont très utiles et très actifs …Ils décomposent les débris de végétaux et enrichissent le sol.
Puis dans une autre partie de l’atelier, nous devions trouver qui mangeait qui.

  Tosca – Camille – Anaïs – Mattéo – Pierrick

 

Le simulateur                          

20151009_15392120151009_154452

20151009_153818

L’atelier était un simulateur d’ULM qui consistait à nous faire part de la réalité.
Nous avons appris que la barre s’appelle trapèze et qu’elle est reliée à l’aile.
L’aile de l’ULM doit être légèrement inclinée par rapport au vent pour qu’il puisse se maintenir en vol.
Après, nous sommes montés dans le simulateur de vol et nous avons piloté un ULM dans différents reliefs : montagnes, prairie, rivières …
Cet atelier nous a bien plu et nous a appris beaucoup de choses.

 

Mehdy – Clément – Noé – Etienne – Alma – Emie